Pourquoi adopter le flex-office ?

Entre les modes de travail en constante évolution et la généralisation du télétravail suite à la crise du Covid-19, c’est aujourd’hui le flex-office qui se démarque largement. Fini les bureaux attitrés à un seul salarié cinq jours sur sept, ce mode de travail prône plutôt le partage des espaces. Concrètement, le salarié possède un casier individuel pour ranger ses affaires, et il lui revient ensuite le choix du bureau ou de l’espace qu’il souhaite utiliser en fonction de chaque mission qu’il a à exécuter.

Dans une étude de BNP Paribas Real Estate sur des occupants de locaux professionnels, on apprend que 50% souhaitent réduire la surface occupée par les bureaux, quand 40% envisagent carrément de résilier leur bail.

Rien d’anodin à cela : le flex-office est en train de conquérir de nombreuses entreprises comme Engie, L’Oréal, PSA ou encore Danone par exemple.

 

Pourquoi adopter le flex office ?

 

Pourquoi adopter le flex-office ?

 

  • Une meilleure optimisation des espaces : L’étude de Malakoff Humanis rapportant que 84% des salariés souhaitent continuer à télétravailler montre une réelle rupture avec les méthodes de travail actuelles. Pour plus de 70% d’entre eux, cette pratique serait idéalement régulière et concernerait un à trois jours par semaine. Cela présente donc d’importantes problématiques pour les entreprises qui se risquent à de nombreux postes de travail inoccupés alors que les coûts d’exploitation du bâtiment restent inchangés…

 

  • Les entreprises sont techniquement préparées : Du côté technique, le confinement accompagné du télétravail forcé a contraint les entreprises à modifier leurs équipements. C’est ainsi qu’entre autres, l’ordinateur portable remplace le PC fixe, et que le téléphone fixe laisse place au smartphone. Si ces changements sont inévitables pour favoriser une pratique du télétravail régulière, ils le sont aussi pour transiter vers le flex-office.

 

  • Le management évolue dans ce sens : Le management a lui aussi beaucoup évolué ces derniers mois, en même temps que le comportement des salariés. Plus de confiance de la part de la hiérarchie et plus d’autonomie, voilà ce que recherchent aujourd’hui les salariés et ce que l’open-space classique ne permet pas. Il faut avouer qu’en plus d’être propice aux contaminations, l’open-space expose le salarié aux yeux de tous, et surtout de ceux de son manager. Autant dire que pour un salarié en quête de liberté, ce mode de travail peut rapidement devenir pesant. Dans une configuration flex-office, le salarié bénéficie justement de la liberté du télétravail, sans la contrainte de l’isolement.

 

  • Une solution à la routine quotidienne : Avec plus d’autonomie, le développement d’une relation de confiance avec la hiérarchie et un changement régulier d’espace de travail, les ingrédients semblent réunis pour mettre fin à la dynamique du “métro-boulot-dodo”.

 

  • Une productivité et une créativité décuplées : En choisissant l’espace adapté à sa mission, le collaborateur peut ainsi s’isoler pour favoriser la concentration ou au contraire se tourner vers les espaces de coworking pour un gain de créativité.

 

  • Le renforcement des liens sociaux : La mobilité engendrée par l’absence de poste de travail attitré pousse le salarié à échanger et à rencontrer des personnes avec lesquelles il n’est pas habitué à collaborer.

 

Les inconvénients

 

  • L’absence de personnalisation : En flex-office, le manque d’identification est l’inconvénient le plus flagrant. Ajouter une photo de famille à son poste devient impossible, ce qui peut potentiellement déshumaniser l’espace.

 

  • L’acceptation des salariés : Dans certains cas, les collaborateurs peuvent estimer que le flex-office ne correspond pas aux exigences de leur métier. Dans cette éventualité, il est certainement préférable de d’abord passer par une phase de test pour vérifier la pertinence de cette solution pour votre entreprise.

 

 

Rencontrons-nous pour parler de votre projet, au showroom au 15 boulevard Maréchal Juin à Caen, du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 18h00, ou par téléphone au 02.31.46.41.41.